Faire le bon choix de vos locataires

Faire le bon choix de vos locataires

Gestion immobilière

Mieux vaut un logement vide que mal loué.Yvan Cournoyer - Clubimmobilier.ca

 

En cette période intensive de location qui tire à sa fin, il est possible que quelques-uns de vos logements demeurent toujours vacants.

 

Si tel est le cas, je vous invite à ne prendre aucun risque et à utiliser tous les moyens légaux nécessaires mis à votre disposition pour vous assurer de la qualité de vos futurs locataires.

«Gardez à l’esprit que l’on ne sait jamais, au départ, avec quel type de locataire nous aurons à composer et qu’un locataire au Québec, a le droit à vie au maintien de son logement. La prudence est de mise » mentionne Julien Racicot, président de Gestion d’immeubles HJR.

 

La sélection de vos locataires

 

Le choix de vos locataires fera toute la différence sur la gestion que vous aurez à faire de votre immeuble. Moins vous serez sévère sur le choix de vos locataires, plus vous aurez de temps et d’énergie à y consacrer au quotidien. Puisque l’immobilier demeure un placement actif, la rentabilité de votre investissement y sera directement liée.

 

Pour vous aider à optimiser votre sélection de locataires, je vous présente une liste non exhaustive de certaines mesures à prendre :

 

  • Faites une enquête pré-location afin de vérifier les antécédents du candidat en matière de crédit et d’habitudes de paiement.
  • Contactez l’ancien propriétaire afin d’obtenir son opinion sur le candidat. Cet ancien propriétaire risque d’être beaucoup plus transparent que le propriétaire actuel. Attention aux fausses informations reçues par de « faux anciens propriétaires ».
  • Exigez des preuves de revenus tel un talon de paie, un avis de cotisation afin de vous assurer que votre locataire sera en mesure de rencontrer ses obligations financières.
  • Allez rencontrer vos prospects locataires au logement qu’ils habitent actuellement. Vous serez en mesure de constater comment ils maintiennent les lieux.
  • Contactez l’employeur actuel du candidat afin de confirmer la source de revenus et sa « régularité ».
  • Vérifiez auprès de la Régie du logement et assurez-vous qu’aucun jugement compromettant n’a déjà été émis contre votre futur locataire.
  • Vérifiez les antécédents du candidat par le biais d’un plumitif.
  • Exigez le premier mois du loyer dès la signature du bail. Attention, de par la loi, vous ne pouvez exiger plus d’un mois de loyer ni aucun dépôt.
  • Lors de la signature d’une demande de location, exigez toujours une pièce d’identité fiable avec photo. Avec les téléphones intelligents, il est maintenant facile d’en prendre une copie à joindre au dossier.
  • Faites une petite recherche sur les divers réseaux sociaux et sur Google. Ceci pourrait vous en dire beaucoup !

 

Ennuis possibles pointant à l’horizon

 

Malgré toutes les mesures que vous mettrez en place dans le but de réduire les risques d’une mauvaise sélection de locataires, il est possible que vous ayez loué à un locataire dont vous n’auriez pas dû. Vous n’avez qu’à suivre l’actualité et écouter certains reportages pour vous convaincre qu’il est possible de vous faire avoir à l’occasion. Le cas échéant, vous risquez de rencontrer l’une des situations suivantes :

 

  • Perturbation de la quiétude des autres locataires.
  • Non-paiement du loyer et/ou retards fréquents.
  • Endommagement du logement.
  • Perte de temps, d’argent et d’énergie.
  • Perturbations émotionnelles.

 

Méfiez-vous des futurs locataires qui ont besoin d’un logement très rapidement, voire pour le lendemain, car il y a souvent anguille sous roche. Quoiqu’il ne faut pas généraliser, il existe des exceptions mais rappelez-vous que mieux vaut un logement vacant que mal loué.

 

Les associations de propriétaires

 

Afin de vous aider dans vos démarches de vérifications de locataires et de saine gestion immobilière, trois associations majeures existent au Québec :

 

  • La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec ( CORPIQ )
  • L’Association des propriétaires d’appartements du Grand Montréal ( APAGM )
  • L’Association des propriétaires du Québec ( APQ )

 

Je vous invite fortement à devenir membre de l ‘une de ces associations. Ces dernières ont le mandat, entre autres, de faire des représentations auprès des gouvernements afin de faire valoir les droits des propriétaires immobiliers au Québec. La force du nombre quoi !

 

Sur ce sage conseil, je vous invite à lire mes articles précédents et à les partager sur vos réseaux sociaux.

 

Votre coach, Yvan

 

 

Article écrit pour LesAffaires.com 

 

 

Vous avez aimé cet article?

Vous aimerez aussi: Acheter un immeuble sans égard aux cycles

Partager